Crazy computer technician is trying to repair a computer with a drill

Contrôle parental : pourquoi sécuriser sa box internet et le réseau 4G ne suffit pas

Contrairement aux idées reçues, installer le contrôle parental de votre box internet ou celui du forfait téléphonique de votre ado n’est pas la solution la plus efficace. Voici pourquoi et comment faire mieux !

Internet, c’est un flux de données ininterrompu, une source qui ne tarit jamais, de jour comme de nuit. Pour s’y connecter, il suffit d’ouvrir un « robinet personnel » : la box de la maison, le forfait internet de notre téléphone portable… ou un « robinet public » libre d’accès, comme le Wifi du restaurant d’à côté, la connexion 4G d’une autre personne… Et hop, le flux arrive jusqu’à nous et nous pouvons surfer !

Malheureusement, le flux de données apporte aussi des contenus inadaptés aux enfants et adolescents. Pour qu’ils ne soient pas présentés aux plus jeunes, il faut installer des systèmes de contrôles parentaux, qui agissent comme des filtres. Ces filtres peuvent être plus ou moins perfectionnés et plus ou moins efficaces.

Sécuriser la box, solution miracle ?

Lorsqu’on parle autour de soi d’installer un contrôle parental, tout le monde semble d’accord : recourir au logiciel proposé par son fournisseur internet serait la solution la plus efficace.

A première vue, ça parait logique : à la maison, l’accès à internet des enfants et adolescents se fait essentiellement via la box familiale, grâce au Wifi que celle-ci produit. Installer un logiciel de contrôle parental au niveau de la box permet donc de filtrer les contenus « à la source ».

Ainsi, les appareils qui y sont reliés (notamment ceux des enfants et ados) reçoivent des données débarrassées du contenu réservé aux adultes.

En complément, certains vous parleront aussi de routeurs Wifi, ou de solutions logiciel à intégrer à certaines box comme OpenDNS Home, la plus connue. S’ils sont généralement plus fiables que la box et son filtre, leur principe est le même.

Sauf que cette solution, séduisante parce que simple à mettre en place, ne répond pas complètement aux attentes des parents. En effet, elle occulte un point important : les enfants et adolescents peuvent se connecter à Internet en « ouvrant d’autres robinets » que celui de la box familiale. Alors, le filtre de la box ne sert plus à grand chose, car il est contourné !

Le contrôle parental proposé par la box, c’est bien, mais ça ne suffit pas du tout !

Quid des contrôles parentaux des forfaits de téléphonie mobile ?

L’autre grande source d’accès à internet des enfants et adolescents ? C’est leurs forfaits 4G/5G.

La plupart des opérateurs proposent une fonctionnalité « contrôle parental » liée aux forfaits d’abonnement téléphonique. Lorsque vous l’activez, cette option va filtrer les contenus accessibles à la personne qui utilise le forfait sélectionné.

Certes, cette option est pertinente ! Elle permet de limiter les risques pour l’enfant ou l’adolescent d’être confronté à des contenus inadaptés.

Malheureusement, on retrouve le même problème qu’avec le contrôle parental de la box : si l’enfant ou l’ado se connecte à internet autrement que via son forfait, le filtre ne peut pas agir.

Wifi gratuit et partage de connexion, les risques

Pour se connecter à internet, enfants et adolescents peuvent être tentés d’utiliser d’autres accès que leur forfait 4G/5G ou que la box familiale.

Ils peuvent utiliser les réseaux wifi gratuits (dans un lieu public, aux alentours d’un restaurant ou d’un musée…).

Votre voisin peut avoir configuré une connexion « invité » sur sa box sans avoir défini de code d’accès, ce qui la rend disponible pour tous…

Sans oublier le partage de connexion ! Celui-ci est possible à tout moment entre un téléphone « donneur » et un appareil « receveur », qu’il s’agisse d’un téléphone, d’une tablette ou d’un ordinateur portable.

C’est ainsi que les grandes sœurs et grands frères, ou que le copain de votre enfant, venu en visite, peut très facilement lui procurer une nouvelle source de Wifi non filtré : il suffit d’activer une fonction particulière du téléphone, transformant ce dernier en mini-box émettant du wifi (ou du bluetooth) à partir de son forfait 4G/5G…

Le téléphone de votre enfant accède à internet non plus grâce au Wifi familial mais bien grâce à l’abonnement internet du copain. « Tu me partages ta connexion ? » est une petite question qui devrait vous alerter.

Le partage de connexion peut aussi être déclenché depuis votre propre téléphone.

Astuce : vous vous en rendrez compte car la batterie se décharge plus rapidement, le téléphone peut chauffer légèrement et vous observerez que l’option « Point accès mobile » est activée (ou que la barre d’état devient bleue sur Iphone).

Le point d’accès mobile est activé !

Notre préférence : sécuriser l’appareil

En conclusion, que l’enfant dispose d’un accès à internet via la box familiale ou grâce à son forfait téléphonique, il est toujours possible pour lui d’aller se connecter à la Toile via d’autres canaux, que les parents ne peuvent pas sécuriser.

En comprenant ça, on change de vision sur la méthode à adopter !

Contrairement aux idées reçues, il faut donc, avant tout, sécuriser l’appareil (smartphone, ordinateur, tablette…) en lui-même plutôt que de poser un filtre sur ses sources d’accès à internet.

Concrètement, sécuriser l’appareil signifie installer par exemple une solution de contrôle parental proposée par le constructeur. En effet, Apple, Google ou Microsoft ont mis sur pied des systèmes, le plus souvent gratuits. D’autres, payants, sont également bien pensés.

Le seul hic : la plupart ne sont pas simples à configurer (failles, bugs, pièges à connaitre…), ce qui pénalise leur efficacité et peut vous rendre faussement confiants. Il est parfois nécessaire d’en associer plusieurs pour un filtrage efficace.

Chez Hilno, nous développons des tutoriels détaillés, pour rendre chaque parent capable d’utiliser ces solutions (gratuites ou non) sereinement. En bref, nous vous aidons à les dompter ! N’hésitez pas à vous inscrire pour bénéficier de nos services.

L’équipe Hilno

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email